je revendique le ciel entier
la vie dans chaque main 
le temps sans quartiers
l’indocile me pousse au bout des feux de paille
où que j’aille
la grâce 
porte ma danse
désinvolte je passe
mais jamais n’oublie
le pas de ma colère
le sang de la révolte
sur cette piste où j’attends 
ton déhanché danseur
pour demain le bal festif 
que conduiront nos pieds vernis 
ensemble 
vers le Bel à Venir